La condition féminine par Marguerite Yourcenar

« Et je voudrais voir les femmes penser à une certaine fraternité humaine, au lieu de s’opposer d’un groupe à un autre. »

Dans ce document de 1981, Marguerite Yourcenar nous livre ses réflexions sur le féminisme, bien loin du combat militant qui se répand de plus en plus aujourd’hui. L’auteure s’oppose au féminisme qui pense la femme en opposition à l’homme en prônant l’idée d’une « fraternité humaine » proche d’un humanisme inter-sexe qui s’affranchit des logiques de groupe.

Retrouvez dans le dernier numéro papier de Futur Noir, Société de genre et dystopie, le texte d’Olivier Henry : Fictions hom(m)osexuelles et hom(m)ologuesDe Marguerite Yourcenar à la narration genrée de notre société .

« On est un petit peu sidéré quand on voit certaines revues féminines. On voit un article brûlant en première page, nous disant que la condition des femmes est atroce, qu’elle devrait s’élever à une condition, à celle de l’homme et surtout ceci et surtout cela. On tourne la page et on voit sur un magnifique papier glacé une image de cosmétique, de soutien-gorge, de souliers à hauts talons et toute espèce de choses qui appartiennent au vieil arsenal de la femme objet. »

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Collectionneur d'œufs de Fabergé en plastique, il ne s'est toujours pas remis du massacre de la famille Romanov qui a eu lieu à Ekaterinbourg dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918. Son précepteur lui a appris le point de croix et il est graphiste à ses heures perdues.

Pas de commentaires

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. Les champs obligatoires sont indiqués avec *